Paula Rego

Paula Rego

 

 

Paula Rego est née le 26 janvier 1935 à Lisbonne sous la dictature fasciste d’António de Oliveira Salazar. En 1936 ses parents la confient à ses grands-parents paternels pendant trois ans parce qu’ils partent pour Londres où son père a trouvé un travail.
Après avoir terminé ses études secondaires, encouragée par son père à poursuivre son développement artistique hors du pays et loin du régime de Salazar, elle part en 1952 pour Londres, où elle étudie à la Slade School of Fine Art , jusqu'en 1956. Elle côtoie entre autres Francis Bacon, Lucian Freud, Frank Auerbach et David Hockney.

Elle rencontre Victor Willing, un autre étudiant. Des années plus tard Paula racontera qu’ils étaient tous les deux à une fête, où elle était allée parce qu'elle était intéressée par un autre homme, mais qui n’a pas fait attention à elle ce soir-là. À un moment donné, elle a senti que Victor la suivait, puis il lui ordonnait d'entrer dans une petite pièce vide de la maison et de baisser son slip. Elle raconte « J'ai obéi, comme je l'ai toujours fait. Quand j'ai posé pour lui, j'ai aussi obéi. J'ai obéi toute ma vie. J'ai toujours fait ce qu'on attendait de moi. Même ce jour-là à la fête. Et Victor ne m'a même pas appelé un taxi après. Toute cette violence d'être là avec quelqu'un que je ne connaissais pas bien, mais j'admirais ... C'était très brut, je me sentais très perturbée. Ma joie était de trouver un taxi. J'adore les chauffeurs de taxi londoniens depuis. Je me souviens avoir été complètement secoué. »
Elle a 18 ans, lui 25 et il est marié. Alors qu'elle est enceinte, Willing retourne auprès de son épouse. Ce n'est pas la première grossesse de Paula Rego, mais cette fois, elle souhaite garder le bébé. Le père de Paula vient en voiture depuis Lisbonne pour la ramener au Portugal. Ce n'est qu'un an plus tard que Willing les rejoint, elle et leur bébé, au Portugal. Ils se marient en 1959 après le divorce de Victor Willing. Ils auront trois enfants en tout : Nick, Caroline et Victoria.

Le père de Paula imprime clandestinement des tracts antigouvernementaux, et en 1960 elle peint le tableau Salazar vomissant la patrie où elle dévoile dangereusement ses opinions politiques.

En 1961 elle participe à une exposition collective, cinq ans plus tard, Paula Rego expose individuellement pour la première fois, à la Galerie d'art moderne de l' École des Beaux-Arts de Lisbonne, où elle présente plusieurs œuvres liées à des événements choquants de la vie politique ibérique.

En 1962 le père de Paula Rego leur offre une maison à Londres, à Albert Street dans Camden. À partir de ce moment ils partagent leur temps entre le Royaume-Uni et le Portugal. En 1966, à la mort du père de Paula le couple s'installe définitivement au Royaume-Uni.

En 1974 , avec des difficultés financières dues à la faillite de l'entreprise familiale, le manque de rémunération pour son travail d'artiste et l’aggravation de la sclérose en plaques dont souffrait son mari, elle est contrainte de vendre la grande maison au Portugal, héritée de ses grands-parents, où elle a passé son enfance, ce qui la marque profondément.

En 1994, elle commence à utiliser le pastel, médium qu'elle privilégie toujours, ayant presque abandonné la peinture à l'huile.

En 2006, elle est invitée par le maire de Cascais, António Capucho, à exposer en permanence son travail dans la commune où elle a vécu la majeure partie de son enfance.

Habitée par une littérature et culture visuelle du XIXe siècle, réaliste et fantastique, Paula Rego entremêle de manière très contemporaine ces références, telles que Jane Eyre, Peter Pan, Daumier, Goya, Lewis Carroll, Hogarth, Ensor et Degas à des éléments fortement autobiographiques et des éléments du réel, celui du monde actuel et de ses enjeux sociaux et politiques. Elle évoque aussi la condition féminine dans des scènes étranges, à contre-courant des codes sociaux. « Mes sujets favoris sont les jeux de pouvoir et les hiérarchies. Je veux toujours tout changer, chambouler l’ordre établi, remplacer les héroïnes et les idiots » dit-elle.

 

 Retour aux peintres du XXe siècle

 

 

Paula Rego, Autruches dansantes de Fantasia de Disney Paula Rego, Centaure
  Autruches dansantes de "Fantasia" de Disney
1995
Pastel sur papier monté sur aluminium, 162,5 x 155 cm
  Centaure
1964
Huile et graphite sur toile, 140 x 139 cm
Paula Rego, Salazar Vomiting the Homeland Paula Rego, The Pray
  Salazar Vomiting the Homeland
1960
Huile sur toile, 94 x 120 cm
Musée Calouste-Gulbenkian, Lisbonne
  The Pray
1986
Acrylique sur papier monté sur toile, 150 x 150
Paula Rego, The Fisherman Triptych, gauche
  The Fisherman Triptych
2005
Pastel sur carton, 180 x 360 cm

Liens externes :

Past History and Deaths Foretold: A Map of Memory – Open Editions

Interview de Paula Rego : ‘I’m interested in seeing things from the underdog’s perspective. Usually that’s a female perspective’ – Studio International