Marie Spartali Stillman

Marie Spartali Stillman
 

Royaume Uni : 10 mars 1844 – 6 mars 1927

Marie Spartali est née le 10 mars 1844. Son père Michael Spartali est un commerçant aisé et consul général de Grèce à Londres de 1866 à 1882. Il s'établit à Londres vers 1828, où il épouse Euphrosyne Varsini, la fille d'un marchand grec de Gênes. La famille partage son temps entre leur maison de Clapham Common à Londres et leur maison de campagne sur l'île de Wight. Le père de Spartali aimait les somptueuses garden-parties où il invitait des écrivains et des artistes prometteurs. C'est lors de ces événements que Marie fait la connaissance du monde de l'art et des artistes.

Marie, qui est très belle, pose pour Dante Gabriel Rossetti, Edward Burne-Jones et John Roddam Spencer Stanhope, tout en apprenant la peinture auprès de Ford Madox Brown de 1864 à 1870. Le modèle Maria Zambaco et la brodeuse, relieuse, collectionneuse d'art et mécène Aglaia Ionides sont ses cousines. Le trio est appelé « Les Trois Grâces » par leurs contemporains.

En 1871, Marie épouse, contre l’avis de son père, William James Stillman, un journaliste, photographe et peintre américain baptiste. Stillman était veuf avec trois enfants au moment de leur mariage; le couple a ensuite trois autres enfants ensemble, même si, malheureusement, l'un d’eux décède pendant sa première année.

Les Stillman passent une grande partie de leur vie à voyager en raison du rôle de William en tant que correspondant à l’étranger pour le Times. C'est ainsi que le couple partage sa vie entre Londres et Florence de 1878 à 1883, et Rome de 1889 à 1896. Marie voyage également aux États-Unis et est la seule artiste préraphaélite du Royaume-Uni à travailler aux États-Unis. Marie continue à peindre et à exposer son travail sans interruption, tout en voyageant et en entretenant leur famille.

Sa production constante prouve son professionnalisme, mais peu de ses œuvres semblent s'être vendues. Ses sujets de prédilection étaient les groupes de personnages littéraires et historiques et les têtes féminines décoratives prisées par les clients. Les œuvres de Marie s'inspirent largement de la littérature et de la légende arthurienne, ainsi que d'une forte dose de sujets italiens et dantesques. Elle peint également des paysages incroyablement beaux et détaillés lors d'un voyage à Rome.

Elle perd son mari le 6 juillet 1901.
Sa fille Euphrosyne (Effie) devient sculptrice, sa belle-fille Lisa Stillman peintre et son fils Michael architecte. Ce dernier s’installe aux États-Unis.

Marie Spartali Stillman décède le 6 mars 1927, quatre jours avant son 83e anniversaire.

Evelyn De Morgan meurt en 1919, deux ans après son mari.

   Retour aux peintres des XVIII et XIXe siècles
Marie Spartali Stillman, Le jardin enchanté Marie Spartali Stillman, La première rencontre de Petrarch et Laura
  Le jardin enchanté
1889
Crayon, aquarelle et couleur rehaussée sur papier – 78 × 101 cm
Collection particulière
  La première rencontre de Petrarch et Laura
1889
Gouache sur papier – 56 x 48 cm
Marie Spartali Stillman, Beatrice Marie Spartali Stillman, Madonna Pietra degli Scrovegni
  Beatrice
1895
Gouache et tempera sur papier
57,6 x 43,1 cm
Delaware Art Museum, États-Unis
  Madonna Pietra degli Scrovegni
1884
Aquarelle, gouache et gomme arabique sur papier
78,5 x 61,1 cm
Walker Art Gallery, Liverpool, Royaume-Uni